Nous

Benoit
Formé pendant plus d’un an auprès de 2 maîtres papetiers Japonais reconnu patrimoine immatériel de l’UNESCO, j’ai monté un atelier de fabrication de papier Japon ( washi) dans le sud de la France en 2010. Comme eux, je pratique la technique nagashizuki. J’ai également visité plusieurs ateliers à travers le Japon.
Passionné par le papier, j’ai fait des études en fabrication du papier, puis j’ai travaillé 10 ans dans l’industrie papetière, sur des machines à papier ainsi qu’en laboratoire. J’ai découvert le papier Japon en faisant une formation sur la restauration des livres anciens, ce qui m’a permis de comprendre les dégradations du papier occasionnées lors de leur fabrication.
La plante principale (Kozo) de la composition du washi est présente dans le sud de la France et pose des problèmes par son caractère invasif. La fabrication du papier Japon se fait en parfaite harmonie avec la nature. Il faut tenir compte du terroir ou pousse le Kozo, la météo… Comme au Japon ou il y a autant de washi que d’ateliers producteurs de papiers Japon, j’ai dû adapter la technique apprise au départ. En regardant de plus proche je m’aperçois que sans le savoir j’ai combiné les pratiques de différentes régions Japonaises.
Les maîtres Japonais qui m’ont formé me disent que j’ai inventé un nouveau washi. Pour eux, ils le reconnaissent comme un papier Japon résistant, doux au toucher et très lumineux.

Stéphanie
Issue de l’environnement, je m’occupe du façonnage papier. Au Japon, j’ai pu aborder différentes techniques avec plusieurs maitres :
Le « Bingata » : art de fabriquer les kimonos à l’ancienne : avec des couleurs et liants naturels.
Le « Katazomé » : art de fabriquer les pochoirs
Le « Suibukoga ou sumi-e » : peinture à l’encre de Chine. Préparation de l’encre.
La « gravure sur bois » pour gauffrer ou graver des motifs.
Le « suminagashi » technique Japonaise du papier marbré. Fabrication des encres.
Pose de la feuille d’or et nacre sur papier Japon.
A l’aide de toutes ces techniques je personnalise les papiers en fonction de la demande ou crée mes propres designs.

Ensemble, nous entretenons et cultivons les plantes entrant dans la fabrication du washi.
Nous ne chlorons pas nos papiers et nous privilégions la coloration naturelle, cela octroie à notre papier un touché, une brillance, une résistance et une lumière proche de la soie.

Nous continuons à aller nous former au Japon régulièrement, car le washi est l’apprentissage de toute une vie.
Nous collaborons avec d’autres artisans innovants dans les techniques ensemble pour façonner des produits finis (portes Japonaises shooji, vitrail, chapeaux, robes…).Si vous avez des projets papiers impliquant plusieurs domaines de compétences n’hésitez pas à nous contacter pour étudier leur faisabilité.